Nourissier

Analyste politique, conseiller en stratégie et président de l’association la France et le Monde, Christophe Nourissier a été la plume de plusieurs personnalités en Europe et en Afrique francophone. Il est aujourd'hui commentateur politique. A ce titre, il contribue à plusieurs médias en ligne et écrit régulièrement sur l'actualité internationale. Il est Directeur de Publication de La Revue Internationale.

Municipales en Turquie : coup dur pour Erdogan

Ce scrutin municipal était un test pour le président turc Recep Tayyip Erdogan et la coalition que son Parti de la justice et du développement (AKP) avait formé avec les ultranationalistes du MHP. En pleine dérive économique avec une inflation élevée et un chômage galopant, le Président turc devant plus que jamais convaincre. Compte tenu du contexte difficile, il avait mis en place une communication de crise tout au long de la campagne, répétant à qui voulait l’entendre que cette élection était vitale pour la « survie de la nation ». Des précautions qui n’auront pas suffi, au vu des résultats provisoires des élections locales turques. Ankara perdue, Istamboul en ballottage Selon tout probabilité, au vu des résultats provisoires, l’AKP […]

Le clan Bouteflika plus que jamais isolé

Sous pression de l’armée et lâché par le Rassemblement national démocratique, le Président algérien Abdelaziz Bouteflika et ses proches sont très isolés. En face, le mouvement social qui demande un changement de régime en Algérie ne faiblit pas. La rumeur qui circule au sein des ambassades dit que l’état de santé du Président algérien est au plus bas. Abdelaziz Bouteflika est portant rentré à la mi-mars après deux semaines en Suisse pour des « examens médicaux périodiques ». S’il peinait à récupérer après l’accident vasculaire cérébral de 2013, qui l’a laissé cloué à une chaise roulante et pratiquement incapable de s’exprimer, le long plus d’un mois à une contestation sans précédent contre sa candidature à un 5e n’aura certainement pas […]

L’Europe au cœur de la rencontre Macron-Xi Jinping

Ces derniers jours, Emmanuel Macron recevait XI Jinping, pour trois jours d’une lune de miel complexe. Déjà, l’homme incarne le renouveau dur du parti communiste chinois, décomplexé sur la question des droits de l’homme. Mais la situation est également complexe du fait de la montée en puissance de la Chine, qui fait évoluer le rapport de force avec l’Europe, au moins en apparence, en la faveur de Pékin. Enfin, cette rencontre était complexe car le Président chinois revenait d’un séjour à Rome, lors duquel l’Italie a signé des engagements unilatéraux avec la Chine sur la question des nouvelles routes de la soie. Si cette seconde rencontre a été l’occasion de signer de nombreux contrats commerciaux (notamment la validation de la […]

Brexit : May sur la sellette

La Première ministre britannique, Teresa May, se rendait à Bruxelles en fin de semaine dernière afin de demander un report du Brexit au 30 juin prochain – et ce alors même qu’elle avait toujours exclu de repousser la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Initialement prévu pour le 29 mars prochain, le divorce est en effet toujours paralysé faute d’accord au Parlement britannique sur la démarche à suivre. Mais pour les 27, pas question d’accepter une nouvelle échéance qui interfèrerait avec les élections européennes à venir (qui commencent le 23 mai prochain) déjà marquées par des divisions de fond sur l’avenir du projet européen.   Un besoin de clarifications En l’état, les Etats membres ont accepté de repousser le Brexit […]

Trump reconnaît la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan

A l’aune d’une visite de son premier diplomate, Mike Pompeo, à Jérusalem, Donald Trump a décidé de mettre la communauté internationale sens dessus-dessous avec un tweet explosif – visiblement le nouveau canal de prédilection de la diplomatie américaine. « Après 52 ans, il est temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, qui a une importance stratégique pour l’Etat d’Israël et la stabilité régionale » a-t-il écrit. Cette région appartenant à la Syrie depuis 1923 est de fait occupé par des troupes israéliennes depuis la guerre des six jours (1967). Après avoir mis en déroute l’armée syrienne, Tsahal a en effet maintenu une présence militaire sur ce plateau, stratégique pour Israël. Il a par la […]

Le PPE, conciliant avec le Fidesz de Viktor Orban

Menacé d’une exclusion de l’alliance des droites européennes, Viktor Orban s’en sort avec une sanction a minima, en partie liée aux divisions de la droite à l’approche des européennes. Il s’agit néanmoins d’une remise en cause sérieuse des ambitions de celui qui espérait un basculement idéologique du parti vers ses positions eurosceptiques et anti-migration. Le Fidesz (acronyme de Fiatal Demokraták Szövetsége – « Alliance des jeunes démocrates »), jouait sa peau hier. Le Parti populaire européen (PPE), qui rassemble les principaux partis de droite de l’UE, devait se prononcer sur une éventuelle exclusion du parti populiste en réponse à une procédure initiée le 4 mars dernier. La formation de Viktor Orban s’en sort finalement sans gros tracas : il est suspendu […]

Retrait de Bouteflika : un recul calculé

Lundi 11 mars, après deux semaines de contestation d’une ampleur inédite en 20 ans de pouvoir, le Président algérien Abdelaziz Bouteflika a finalement décidé d’écouter la rue et renoncé à un cinquième mandat. Dans un long message à la nation, il annonce son renoncement ainsi que son intention de réformer le système politique algérien et d’élaborer un projet de Constitution d’ici la fin d’année. Une décision que beaucoup voient comme la manouvre dilatoire d’un régime qui tente d’organiser son maintien au pouvoir. Le renoncement du clan Bouteflika « Il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en a jamais été question pour moi, mon état de santé et mon âge ne m’assignant comme ultime devoir envers le peuple algérien que […]

Début d’année difficile pour Jair Bolsonaro

Deux mois après la prise de fonction du nouveau Président brésilien, Jair Bolsonaro, le monde observe cet ancien militaire, partisan des « escadrons de la mort », avec attention. Porté au pouvoir avec 55,13 % des voix par une vague importante populiste, réponse à la corruption endémique, à la hausse de la violence et au spectaculaire déclin de Parti des Travailleurs, Jair Bolsonaro avait porté de remettre le pays sur le droit chemin. Il doit cependant déjà faire face à une succession de couacs d’affaires mêlant son entourage, qui entachent son image d’homme incorruptible et font douter les marchés.   Faux départ pour Bolsonaro ? Tout a commencé avec une première démission – celle de Gustavo Bebianno, l’un des principaux ministres […]