Archive

Les Kurdes finiront-ils par gagner la bataille de Kobané?

A Kobané, les combattants kurdes résistent plus que jamais. Après avoir repoussé une offensive djihadiste au nord de la ville, ils s'apprêtent à recevoir des renforts humains venus d'Irak pour relancer la défense de la cité syrienne. Les Kurdes finiront-ils par remporter la bataille de Kobané ?

Turquie/Kurdes: une impossible réconciliation?

Entretien avec Jean Marcou, professeur à Sciences Po Grenoble, chercheur associé à l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul, spécialiste de la question kurde. La bataille de Kobané, ville kurde de Syrie où s'affrontent les djihadistes de l'Etat islamique (EI) et les combattants kurdes appuyés par la coalition occidentalo-arabe, ravive les tensions toujours latentes entre Ankara et les Kurdes de Turquie. Le fragile processus de paix engagé en mai dernier s'en trouve suspendu ; pire, les deux parties pourraient reprendre les armes. Quels sont les enjeux en présence qui, de facto, rendent Turcs et Kurdes irréconciliables ?

Kurdes d’Irak/Syrie: entre solidarité identitaire et rivalité de leadership

Entretien avec Bayram Balci, spécialiste de la Turquie, chercheur au CERI-Sciences Po. Le gouvernement islamo-conservateur turc refuse toujours, malgré les pressions de la communauté internationale, d'intervenir militairement pour sauver la ville kurde syrienne de Kobané, assiégée depuis des semaines par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI). Ce que redoute Ankara, c'est une possible montée en puissance des Kurdes dans la région. De fait, en se trouvant en première ligne dans la lutte contre les islamistes, les Kurdes sont en passe de gagner en influence et en légitimité. Mais forment-ils pour autant un ensemble soudé ?

Les Kurdes, un peuple, de multiples religions

Les Kurdes, s'ils se revendiquent un seul peuple sans nation, ne sont pas tous issus de la même culture. Musulmans, chrétiens ou encore alévis, les Kurdes sont une culture faite de multiples religions.

Kobané assiégée par l’EI: la posture «à la Ponce Pilate» de la Turquie?

Entretien avec Jean Marcou, professeur à Sciences Po Grenoble, chercheur associé à l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul, spécialiste de la question kurde. Le drapeau noir de l’Etat islamique (EI) flotte, depuis mardi 7 octobre, à une centaine de mètres à l'est et au sud-est de Kobané, troisième ville kurde de Syrie. Les Kurdes ont appelé à l'aide les autorités d'Ankara. Lesquelles se trouvent face à un dilemme. Les islamistes, désormais à deux doigts de contrôler sans discontinuité une longue bande de territoire à la frontière syro-turque, menacent directement la Turquie. En même temps, reconnaître la légitimité de la lutte des combattants kurdes en Irak contre l’EI, voire les armer, pourrait renforcer l'audience des rebelles kurdes qu'Ankara n'a cessé de combattre sur son propre sol depuis trente ans... Les Kurdes vont-ils pouvoir compter sur l’aide turque, ou bien la Turquie va-t-elle préférer « laisser faire », par peur de voir favorisé l’émergence

La Turquie ne cible «ni l’EI ni les Kurdes, mais Bachar al-Assad»

Entretien avec Bayram Balci, spécialiste de la Turquie, chercheur au CERI-Sciences Po. La Turquie est désormais prête à s'engager militairement aux côtés de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie. « Ambigüe », « trouble », « double jeu »… sont pourtant des termes qui reviennent souvent pour décrire l’attitude d'Ankara vis-à-vis du groupe djihadiste. La Turquie s'engage-t-elle dans la coalition avec les mêmes objectifs que ses partenaires ?

Turquie: l’AKP autorise le port du voile dans les collèges et lycées

Fraîchement élu à la tête du gouvernement turc, Ahmet Davutoglu a annoncé lors d'une allocution télévisée, lundi 22 septembre, l'autorisation du port du voile islamique dans les collèges et lycées afin d'accroître les « libertés ».

Contre l’État Islamique, les pays arabes (presque) tous mobilisés

Arabie Saoudite, Turquie, Qatar... Les pays arabes sont désormais unanimes pour condamner l’Etat Islamique et engagés auprès de l’Occident pour mettre un terme à l’avancée des djihadistes. Tous ont eu leurs doutes, chacun a sa raison propre mais ils sont plus que jamais indispensables pour permettre la réussite de la Coalition internationale.